Savoir lire une carte de randonnée

Savoir lire une carte de randonnée

24/06/2021 0 Par Manon

A première vue, une carte de randonnée peut sembler assez obscure. A l’heure de l’omniprésence des GPS, le simple fait de ne pas connaître sa position initiale peut effectivement dérouter.

Les symboles

Attardons-nous d’abord sur les symboles visibles sur une carte. Par convention, la carte est toujours orientée vers le nord. Votre intérêt se portera intuitivement sur les lignes continues rose qui symbolisent les sentiers. En fonction de l’importance du chemin (Grande Randonnée, Grande randonnée de pays, sentier plus classique), le trait sera plus ou moins gras.

Vous remarquez des pointillés ? Ils symbolisent un passage délicat et seront de facto un facteur de difficulté supplémentaire pour votre randonnée.

Quant aux lignes discontinues, elles symbolisent l’absence de balisage sur la partie incriminée. Il vous importe alors de suivre avec attention le chemin principal pour ne pas vous écarter de votre itinéraire.

Enfin, il existe d’autres symboles « environnementaux » sur une carte de randonnée.  Les plus utiles sont incontestablement les clairières (ou zones de pâture) indiquées en vert clair. Les zones rayées (ou « tramées ») représentent quant à elles des aires boisées (dont les forêts). Plus évident, les lacs, mares ou cours d’eau sont indiquées en bleu sur le plan.

Moins utiles pour les randonnées en montagne, les habitations (carrés noirs) et les routes (double ligne en noir) seront en revanche des repères pertinents lors de balades en plaine ou de rando en forêt.

Le relief

Que serait une carte de randonnée sans ses indications de relief ?Une représentation tronquée de la réalité, véritable piège pour le randonneur qui appréhenderait les distances uniquement à vol d’oiseau, sans tenir compte des dénivelés.

Heureusement, les topographes utilisent des conventions efficaces pour représenter les différentes pentes sur une carte : les courbes de niveau. Concrètement, plus les courbes de niveau sont rapprochées, plus la pente est raide. En revanche, plus l’espace est important, plus la pente sera douce.

En fonction de l’échelle de la carte, l’écartement entre deux courbes de niveau représente soit 10 mètres de dénivelés (carte au 1/25.000ème) soit 20 mètres de dénivelés (carte au 1/50.000ème). Gardez cela en tête pour évaluer la difficulté d’un passage ou estimer les dénivelés restants lorsque l’effort devient difficile.

Bonne nouvelle : les topographes ont pensé à nous aider dans l’appréhension du relief. Toutes les 5 courbes de niveau, une indication d’altitude figure sur une courbe « en gras ». Des indications d’altitude très rapprochées sont donc le signe d’une montée ou d’une descente très raides.