Colique du cheval : Symptômes, causes, traitement et prévention

Colique du cheval : Symptômes, causes, traitement et prévention

27/08/2021 0 Par Manon

Passez suffisamment de temps avec des chevaux et vous verrez certainement un jour ou l’autre une colique. Il s’agit d’un trouble digestif équin assez courant dont les causes sont très diverses. La colique peut être un problème mineur ou une situation de vie ou de mort. Chaque cas de colique doit donc être traité immédiatement et comme s’il s’agissait d’un problème très grave, car cela pourrait bien être le cas. Comme il s’agit d’un problème courant, vous devez être armé des informations nécessaires pour diagnostiquer, traiter et même prévenir les coliques chez les chevaux.

Qu’est-ce que la colique ?

Colique signifie simplement douleur abdominale. Il s’agit donc d’un terme assez large. La colique peut avoir de nombreuses causes sous-jacentes différentes, c’est pourquoi vous devez toujours la traiter comme une urgence potentielle. Parfois, les coliques peuvent être soignées avec une seule dose de médicament. Mais d’autres fois, elle est si grave que l’euthanasie est nécessaire.

Quelles sont les causes des coliques du cheval ?

Les causes potentielles de la colique étant très nombreuses chez le cheval, les vétérinaires ne cherchent généralement pas à identifier une cause spécifique. Ils ont plutôt tendance à catégoriser le type de colique dont souffre le cheval de manière plus générale. Mais si le premier traitement ne parvient pas à améliorer l’état du cheval, des examens complémentaires seront entrepris pour rechercher une cause plus spécifique. Voici quelques-unes des causes courantes de coliques :

  1. l’inflammation :
    L’inflammation du tractus gastro-intestinal, également appelée colite, ou l’inflammation de la cavité abdominale (péritonite) peuvent être à l’origine des coliques du cheval. Ces maladies inflammatoires sont souvent provoquées par des maladies infectieuses ou d’autres affections sous-jacentes.
  2. la strangulation intestinale :
    Si les intestins se coincent ou tournent sur eux-mêmes, ils empêchent le passage des matières fécales et des aliments et peuvent même bloquer la circulation du sang.
  3. l’infarctus :
    Mort des tissus de l’intestin causée par un mauvais approvisionnement en sang.
  4. les ulcères :
    Lorsque la paroi du tractus gastro-intestinal commence à s’éroder, elle peut entraver la fonction gastro-intestinale et provoquer des douleurs.
  5. l’obstruction :
    Plusieurs facteurs, comme la déshydratation et les vers, peuvent entraîner le durcissement des matières fécales, ce qui rend leur passage dans l’intestin plus difficile et peut facilement provoquer des obstructions.
  6. les gaz :
    Cela semble incroyablement simple, mais si les gaz s’accumulent suffisamment, ils étirent l’intestin et provoquent une gêne ou une douleur.

Symptômes de la colique du cheval

Parmi toutes les causes et tous les types de coliques, les symptômes restent généralement assez similaires. Tous les symptômes suivants peuvent se manifester seuls ou en conjonction avec d’autres symptômes. Cette liste n’est pas exhaustive, mais il s’agit des symptômes les plus courants que vous êtes susceptible de rencontrer chez un cheval souffrant de coliques.

  • Dépression
  • Anxiété
  • Roulements excessifs
  • Se couche trop souvent
  • Défécation peu fréquente
  • Manque d’appétit
  • Manque de soif
  • Pouls supérieur à 50 battements par minute
  • Absence de bruits provenant de l’intestin
  • Vérifie son flanc à plusieurs reprises
  • Étirement comme s’il essayait d’uriner
  • Il tripote le sol

Diagnostic de la colique

Si votre cheval présente des symptômes de colique, vous devez être capable de les identifier très rapidement pour savoir comment procéder. N’oubliez pas que la colique peut être une question de vie ou de mort. Si vous pensez que votre cheval souffre de colique, vous devez agir rapidement.

La première étape consiste à connaître tous les symptômes, dont nous venons de parler dans la dernière section. Si votre cheval présente l’un de ces symptômes, vous devez commencer à prendre des mesures. Il appartiendra à votre vétérinaire de diagnostiquer le type de colique dont souffre votre cheval et de vous recommander un traitement, mais vous devrez également être en mesure de l’aider.

Vous devez préparer une trousse d’urgence pour votre cheval. L’un des éléments nécessaires de cette trousse est un stéthoscope, qui vous permettra d’écouter l’intestin de votre cheval et de voir s’il émet les bruits appropriés. L’intestin d’un cheval doit constamment émettre des bruits qui ressemblent à des gargouillis ou des bulles. Si vous n’entendez aucun bruit, c’est mauvais signe, et votre vétérinaire doit en être informé.

En plus d’écouter l’intestin de votre cheval, vous devez également apprendre à prendre ses signes vitaux et disposer de l’équipement nécessaire pour le faire. Il s’agit de sa température, de sa fréquence respiratoire, de son rythme cardiaque et de la couleur de ses muqueuses. En sachant tout cela avant d’arriver, votre vétérinaire pourra établir un diagnostic et vous pourrez agir plus rapidement, ce qui pourrait sauver la vie de votre cheval.

Déterminer la cause de la colique

Le cheval doit subir un examen physique de base afin de déterminer la cause la plus probable de ses coliques. Si vous n’avez pas déjà pris les signes vitaux du cheval pour votre vétérinaire en chemin, ce sera la première étape. Votre vétérinaire peut répéter cette partie même si vous avez pris les signes vitaux du cheval.

Ensuite, vous devrez répondre à une série de questions détaillées décrivant le comportement récent du cheval. Cela inclut les activités récentes, l’exercice, les aliments, les réactions, etc. Les réponses à toutes ces questions peuvent donner un aperçu de ce qui a pu se passer.

Votre vétérinaire voudra probablement procéder à un examen rectal. Avant cela, votre cheval recevra probablement des médicaments pour le rendre plus confortable en soulageant sa douleur et peut-être même en le sédatant. Un examen rectal permettra à votre vétérinaire d’inspecter certaines parties du tractus gastro-intestinal pour une évaluation plus approfondie.

Une autre option qui peut être utilisée à la place ou en conjonction avec un examen rectal est la sonde nasogastrique, un long tube en plastique qui pénètre dans l’estomac de votre cheval par le nez et l’œsophage. Grâce à la sonde nasogastrique, le vétérinaire peut déterminer s’il y a une accumulation de liquide ou de gaz dans l’estomac, l’éliminer et même administrer des traitements comme de l’huile minérale ou d’autres lubrifiants.

Dans certains cas rares, les vétérinaires peuvent même pratiquer une ponction sur le ventre, appelée abdominocentèse. Cela leur permet de recueillir le liquide qui s’est accumulé dans la cavité abdominale du cheval et de l’analyser.

Traitement

De toute évidence, compte tenu de la multitude de types de coliques et de leurs causes sous-jacentes, il existe un large éventail de traitements. Chaque type de colique aura une manière différente de traitement, ce qui peut rendre la colique si difficile à traiter.

Dans presque tous les cas, des analgésiques sont administrés pour aider à réduire la douleur que ressent le cheval. Cette douleur abdominale peut être intense, mais des médicaments comme la xylazine ou la Banamine peuvent aider.

Des sondes nasogastriques peuvent être utilisées pour évacuer les fluides et les gaz qui se sont accumulés dans l’estomac. Cela permet de soulager la pression puisque les chevaux ne vomissent que rarement. Pour les chevaux en état de choc ou gravement déshydratés, il peut être nécessaire d’administrer des liquides par voie intraveineuse.

Pour les chevaux présentant un fécalome, des lubrifiants seront administrés pour aider à déloger les matières fécales afin qu’elles puissent recommencer à se déplacer. Cela se fait souvent avec de l’huile minérale ou un autre lubrifiant. Des laxatifs peuvent également être utilisés. En général, vous devrez vous abstenir de nourrir le cheval jusqu’à ce qu’il défèque, ce qui indique que son système revient à la normale.

Si l’intestin est tordu ou tourné, une intervention chirurgicale peut être nécessaire. Dans ce cas, une intervention précoce est synonyme de meilleures chances de réussite. Si l’intervention a lieu trop tard, les résultats de la chirurgie risquent de ne pas être aussi positifs.

Bien que la plupart des cas de coliques puissent être guéris, ce n’est pas toujours le cas. Dans les cas les plus graves, l’euthanasie est nécessaire.

Se remettre d’une colique

Après le traitement d’une colique, votre cheval aura besoin de se reposer pendant un certain temps. Vous devrez suivre attentivement les conseils de votre vétérinaire. Il doit vous indiquer quels médicaments votre cheval doit prendre et à quelle fréquence. De plus, il devrait être en mesure de vous informer sur les niveaux d’alimentation appropriés et sur la manière de reprendre les activités.

Veillez à surveiller de près votre cheval en convalescence pour détecter tout signe de douleur abdominale. Cela pourrait signifier que la colique est revenue ou qu’elle n’a jamais été complètement guérie. Il est bon de continuer à vérifier les bruits intestinaux réguliers, le rythme cardiaque et le rythme respiratoire, afin de s’assurer que les organes vitaux de votre cheval restent en bonne santé.

Comment prévenir les coliques ?

Bien que les causes de coliques soient nombreuses, certaines mesures préventives de base peuvent aider à éviter tout type de colique.

La déshydratation peut facilement entraîner des coliques. Vous devez donc veiller à ce que votre cheval ait toujours accès à la quantité d’eau propre dont il a besoin. Vous devez donc veiller à ce que votre cheval ait toujours accès à l’eau propre dont il a besoin. Cela peut nécessiter une attention particulière en hiver si vous vivez dans une région froide. Les chevaux ne boivent généralement pas d’eau glacée, ce qui explique en partie pourquoi ils sont plus susceptibles de souffrir de coliques d’impaction en hiver.

L’alimentation de votre cheval joue également un rôle important dans la santé intestinale. Trop de céréales et trop peu de fourrage grossier comme le foin ou l’herbe peuvent être à l’origine de coliques. En nourrissant votre cheval principalement avec du foin ou en le laissant paître et en limitant la quantité de céréales ou de granulés qu’il consomme, vous contribuerez grandement à prévenir les coliques.

Si votre cheval n’est pas capable de broyer correctement sa nourriture lorsqu’il la mâche, les gros morceaux peuvent créer des blocages susceptibles de provoquer des coliques. Veillez donc à faire passer des examens dentaires réguliers à votre cheval. Si l’une de ses dents est manquante ou présente des pointes acérées, cela peut l’empêcher de mastiquer correctement.

Les parasites internes peuvent également être une cause de colique. Ils varient selon les régions et les environnements, et vous devrez donc consulter votre vétérinaire pour connaître la meilleure façon de les contrôler. Une vermifugation régulière peut également empêcher l’intestin de s’abîmer et constituera un moyen de dissuasion majeur contre les coliques.

Les chevaux, comme les humains, sont des créatures d’habitudes. Si vous bouleversez leur programme, vous risquez de les stresser inutilement et de provoquer des problèmes tels que des coliques. Essayez de maintenir un programme cohérent et n’apportez des changements que progressivement et avec précaution.

Conclusion

La colique est un terme générique qui signifie simplement que votre cheval souffre de douleurs abdominales. Il existe un large éventail de causes et autant de symptômes. Essayez de vous souvenir des symptômes afin de pouvoir toujours savoir si un cheval commence à souffrir de coliques. Parfois, cette affection est mortelle. Les chevaux qui bénéficient de l’intervention la plus rapide ont les meilleures chances de guérison. Assurez-vous donc de savoir comment vérifier les signes vitaux de votre cheval, de vous souvenir des symptômes de la colique et d’avoir toujours sous la main le numéro d’un vétérinaire qui pourra vous aider si les choses deviennent sérieuses.