Comment reprendre l’équitation après un arrêt de longue durée ?

Comment reprendre l’équitation après un arrêt de longue durée ?

05/07/2021 0 Par Manon

Au cours de votre vie de cavalier, vous avez probablement déjà été confronté à des changements dans votre vie personnelle ou professionnelle, qui vous ont poussé à arrêter de chevaucher, quelquefois pendant plusieurs années. Que vous en ayez fait l’expérience bien ou mal, il est temps maintenant de reprendre la pratique de ce sport.

Comment remonter sur l’étrier de la manière la plus sereine possible ? En voici quelques idées de réflexion dans cet article !

Choisissez la bonne infrastructure !

Dans quelles situations exerciez-vous l’équitation dans le passé ? Si vous étiez un cavalier occasionnel ou un cavalier de plusieurs heures par semaine, il ne vous arrivera pas nécessairement d’avoir les mêmes envies lorsque vous recommencerez à monter.

Considérez-vous l’équitation comme un passe-temps ou un sport ? La manière dont vous choisissez votre nouvelle infrastructure dépend beaucoup de vos objectifs : Souhaitez-vous monter plusieurs fois par semaine ? Un seul cours de temps en temps ? Voulez-vous investir beaucoup de temps dans cette activité passionnante ? Comme pour la première inscription dans un centre équestre ou une écurie, il est préférable de visiter plusieurs endroits.

Pensez à certains cours et méthodes pédagogiques, n’hésitez pas à vous renseigner sur l’orientation générale du lieu : certains centres équestres sont très « compétitifs » et d’autres plus « décontractés ». Certaines auront une équitation « classique » et d’autres avec des disciplines alternatives. C’est à vous de fixer vos attentes en fonction de votre expérience passée.

Bien entendu, faites très attention aux soins apportés aux chevaux, à l’hygiène en général et à la condition de chaque animal équin.

Ne surestimez pas votre niveau passé…

Avez-vous fait des concours de saut d’obstacles à un bon niveau ? Avez-vous eu plusieurs galops et aviez-vous un bon niveau en général ? Rassurez-vous, lorsque vous allez vous asseoir sur le dos d’un cheval, au début, vous aurez tout perdu. Pour votre rétablissement, ne choisissez pas un cours qui pourrait vous nuire dès la première séance, ce serait dommage. Si vous possédez un galop 5 par exemple, ne vous inscrivez pas à un galop 6 ou 7, même si vous pensez avoir le niveau ! Non seulement, vous vous sentirez vraiment mal à l’aise par rapport aux autres lors de vos premières leçons, mais vous devriez aussi vous rappeler que les chevaux de club sont assignés en fonction du niveau des leçons ; ainsi, certaines montures ne conviennent pas aux cavaliers de niveau inférieur et cela pourrait être dangereux pour vous et pour le cheval.

Privilégiez tout d’abord un cours d’un niveau légèrement inférieur à celui que vous aviez. Ne vous inquiétez pas, si vous ne vous sentez pas vraiment à l’aise dans le cours que vous avez choisi, vous pouvez toujours le changer à un niveau supérieur (ou inférieur, c’est bien aussi, chacun a son propre rythme !).

Il est important de s’amuser et de récupérer en douceur pour le corps et l’esprit. Rappelez-vous que si vous décidez de retourner à l’équitation, c’est parce que vous l’aimez, alors écoutez-vous, faites-vous confiance pour profiter de ces moments.

Préparez-vous physiquement !

Admettons-le : si vous n’avez pas mis les pieds dans l’étrier depuis plusieurs années, et que vous n’êtes pas très sportif ou sportif au quotidien, vous allez en souffrir.

Monter à cheval est un sport assez unique, dans la mesure où il implique des muscles de notre corps qui sont très peu utilisés. C’est aussi une activité qui demande un bon entraînement cardio (sans parler de ceux qui croient que l’équitation n’est pas un vrai sport).

Il est possible de retourner à l’équitation toutes les semaines sans avoir fait de sport pendant sept ans, ou d’être plus intelligent ou plus intelligent et de se préparer physiquement pendant quelques semaines avant de monter : gainage, abdos, squats, cardio (corde à sauter ou course à pied) vous aideront à mieux gérer les exigences physiques associées au pilotage. Avec un peu de chance, vous aurez moins de douleurs !

Expliquez votre situation !

Le plus important, c’est ce conseil : n’ayez pas honte de votre situation. Avez-vous arrêté 3, 5, 10, 15 ans ? Cela n’a pas d’importance ! Parlez-en à vos moniteurs, n’hésitez pas à leur dire si vous avez peur de cette récupération, ils vous donneront un cheval adapté à votre niveau. Encore une fois, vous êtes ici pour vous amuser et renouer avec votre passion : il est normal que les jeunes cavaliers réussissent à monter sur leur poney sans support, tout comme il est normal que vous en ayez besoin. Vous n’avez plus le même âge, vous n’êtes probablement plus aussi flexible qu’avant. Écoutez-vous, écoutez les moniteurs qui vous entraîneront : si vous avez envie de vomir après un galop, revenez tranquillement au trot ou même à la marche pour reprendre votre souffle, ne vous forcez pas, votre entraîneur comprendra sûrement.

Pour les débutants, s’il faut d’abord aller dans un cours pour se sentir en confiance, faites-le il existe généralement des cours pour adultes débutants dans tous les clubs si vous ne voulez pas jouer au ballon à la fin du cours comme vous le faisiez à l’âge de 10 ans.

De toute façon, faites-vous confiance, le poney est comme le vélo, on ne l’oublie jamais vraiment !